5 conseils pour rester productif lorsqu’on travaille chez soi

Travailler de chez soi

Comme vous le savez sûrement déjà si vous me lisez régulièrement, je suis entrepreneuse. Et bien que j’ai désormais une activité salariée en parallèle, j’ai passé de longs mois à la maison à préparer mon projet. J’ai fait des erreurs, j’ai perdu du temps, j’ai un peu déprimé aussi…

Que vous soyez entrepreneur, freelance, blogueur, en recherche d’emploi, étudiant en période de révision ou retraité actif, j’ai envie de partager avec vous les quelques astuces que j’ai apprises durant ces quelques mois pour rester productif et garder le moral lorsque l’on travaille de chez soi!

1. Préparez-vous comme si vous alliez au travail

Lorsque l’on travaille de chez soi, et d’autant plus si, comme moi, on vit seul, on peut facilement passer ses journées en pyjama, pas maquillée, les cheveux gras coiffé en bun sur le dessus du crâne…

Autant vous dire qu’au bout de quelques jours, j’avais le moral dans les chaussettes, l’impression de n’avoir rien fait et de n’être qu’une loque vivante qui va forcément rater sa vie. Et ce, même si j’avais passé mes journées entières à travailler sur mon projet!

Le matin, douchez-vous, habillez-vous, maquillez-vous, coiffez-vous, comme si vous alliez au travail ou en rendez-vous professionnel.

Non seulement ce sera bon pour votre moral, mais en plus, cela vous permettra d’être prêt à n’importe quelle éventualité! Les premiers temps, je ressemblais à une serpillère et lorsque je contactais des éventuels futurs partenaires de travail, il m’est arrivé plusieurs fois qu’on me propose une rencontre impromptue, du type « je serai à la conférence truc à partir de 18h, je serais ravie de vous y rencontrer, vous y serez n’est-ce-pas? », « un créneau horaire vient de se libérer sur mon agenda dans 1 heure, venez me pitcher votre projet! » ou encore « êtes-vous libre pour le déjeuner? Je suis à Lyon pour la journée! ». Lorsque l’on ne s’est pas lavé les cheveux depuis 3 jours, qu’on a le vernis écaillé et qu’on est en pyjama, soit on prétexte qu’on a déjà un engagement et on rate une belle opportunité, soit c’est la panique à bord et on arrive stressé, haletant et pas concentré.

Bref, douchez-vous!

2. Gardez le rythme!

Tout comme je restais en pyjama ou en tenue moche toute la journée, je vivais sur le fuseau horaire de New York. Non pas que je sois jet-laggée par mes allers-retours incessants, mais parce que j’avais doucement glissé vers un rythme de vie à contre courant: travailler la nuit, se lever tard, manger à heures irrégulières…

Encore une fois, au bout de quelques semaines, c’était la catastrophe: je ne voyais plus personne, je ne profitais de la lumière du jour que quelques heures, j’étais épuisée et stressée.

Petit à petit, j’ai avancé l’heure de mon réveil (on ne passe pas d’un réveil à 13h à un réveil à 7h du jour au lendemain) pour me recaler. Je me lève à 7h, je petit-déjeune, je me prépare et je me mets au travail vers 9h. Je mange à heures fixes (autour de 13h et de 19h30), je me fixe des moments pour le ménage, les courses… Bref, je conserve au maximum le rythme de vie d’une salariée!

C’est évidemment plus facile quand on vit avec quelqu’un qui a une activité professionnelle extérieure (conjoint, parents, collocs…) mais si vous vivez seul, accrochez-vous! Au début, je mettais des alarmes (un réveil, une alarme pour le déjeuner de midi, une alarme pour le diner, une alarme pour me dire d’aller me coucher). Ca parait un peu bête (et contraignant), mais ça m’a beaucoup aidé et mon corps a réussi à reprendre le rythme!

3. Créez vous un espace de travail

Ce qui est bien lorsque seul un ordinateur suffit à votre activité, c’est que l’on peut travailler partout: la table de la cuisine, le canapé, notre lit… A priori, c’est un super avantage!

Avec du recul, c’est une très mauvaise idée. Parce que cela crée la confusion dans votre cerveau: vous ne savez plus si vous êtes dans votre lit pour dormir ou pour faire un devis, vous mangez votre plats de pâtes en fixant votre to-do list à rallonge, vous avez mal au dos à force d’être mal installé sur votre canapé. Au début, je travaillais depuis mon lit toute la journée, parce que c’est l’endroit le plus confortable de mon appart. Mais non seulement je n’arrivais plus à trouver le sommeil lorsqu’il fallait dormir, mais en plus, il m’arrivais régulièrement de trouver des objets insolites au fond de mon lit (tiens, une agrafeuse!). Vraiment un mauvais plan!

Même si vous vivez dans un petit espace (mon studio fait 25 mètres carrés), trouvez une petite place pour vous installer un bureau. Décorez-le à votre goût (j’ai mis des fleurs, des bougies parfumées, des pots à crayons dorés et des citations inspirantes) et organisez vos outils de travail: imprimante, fournitures de bureau, dossiers… Cela vous aidera à être plus productif et à vous concentrer. Et cela permettra à votre cerveau de bien compartimenter votre vie: sur le bureau pour travailler, dans la cuisine pour manger, dans le lit pour dormir.

4. Sortez!

Il y a plein d’endroits sympas où travailler dans votre ville: espaces de coworking, bibliothèques, coffee shops avec le wifi, ou même le salon d’un(e) ami(e) entrepreneur(se). Ne restez pas enfermé à la maison!

Et même si vous ne pouvez pas travailler dehors (parce que vous gardez votre bébé, ou que votre métier nécessite du matériel intransportable), sortez au moins une fois par jour. Au début, pour m’aider avec le conseil numéro 1, se doucher et se préparer, je me planifiais au moins une sortie, même insignifiante, par jour: faire une course, chercher un pli à la Poste… Toutes les excuses sont bonnes! Après quelques semaines, j’avais un agenda de Ministre: déjeuners avec les copines, conférences, événements, verres en terrasses…

Et comme désormais j’étais habillée, coiffée et maquillée, lorsque mes amis m’appelais à la sortie du bureau pour les rejoindre boire un verre ou dîner, je sautais (de joie et) dans mes baskets et je les rejoignais avec bonheur!

Si vous êtes sportif, allez courir, à la piscine, à la salle de sport… Sinon, allez marcher, aérez-vous, faites circuler le sang et l’énergie dans votre corps!

5. Apprenez à décrocher

Lorsque l’on travaille pour soi et de chez soi, notre temps de travail n’est pas cadré. On ne va pas au travail de 9h à 19h, avec une pause déjeuner d’une heure pour aller à la cantine avec nos collègues. On ouvre la moitié d’un oeil, on attrape son iPhone, on regarde ses emails et la journée commence!

On lit un article de presse spécialisée pendant le petit déjeuner, on mâche sa salade en peaufinant une présentation, on écrit un mail dans les transports, on fait des recherches le soir devant le film, on envoie une dernière facture avant de s’endormir… Bref, on pense boulot, on mange boulot, on dort boulot, on VIT boulot! C’est normal: notre entreprise, c’est notre bébé. Et on a très, très, très envie de le voir grandir et devenir beau et fort!

Oui mais voilà. Au bout de quelques semaines, mois, années, la fatigue se fait ressentir. On ne sait plus prendre du recul, on est surmenés, fatigués, stressés et la vie ressemble à une longue journée de travail. Et on réalise qu’on est passé à côté de soirées en amoureux, de déjeuners entre copines, qu’on était physiquement présent à l’anniversaire du petit dernier mais que mentalement, on avait la tête dans notre projet…

Sachez décrocher!

Tout comme il est important de garder le rythme, il est tout aussi important de se poser des limites. De tout donner pendant les heures et jours de travail que l’on a définis, puis de fermer son ordinateur et de passer 100% à autre chose (votre famille, votre conjoint, vos passions…)! Parce que l’entrepreneuriat, ce n’est pas une course de vitesse. C’est un marathon. Il faut savoir garder des forces pour la suite, en avoir sous le pied pour les moments difficiles où il faudra puiser dans les ressources, savoir prendre du recul pour agir stratégiquement avec la tête froide et surtout savoir garder une équipe fantastique autour de soi.

Et cette équipe, ces gens qui vous aiment et qui vous soutiennent, ils méritent que vous leur accordiez du temps et 100% de votre attention. Parce qu’au moment où cela deviendra difficile et que vous aurez une crampe au mollet, devinez qui sera au bord de la route pour vous encourager?

J’espère que ces quelques conseils vous aiderons! N’hésitez pas à partager les vôtres en commentaire ou sur ma page Facebook!

Merci de m’avoir lue! Prenez bien soin de vous!

Suivre:
Partager:

2 Commentaires

  1. Zanoti
    28 mai 2016 / 7 h 29 min

    Un très bon plan et de bonnes idées qui vont beaucoup m’ aider.
    Je bosse aussi chez moi et a te lire j’ avais l’ impression de tu parlais de moi. Merci Marion pour ton partage. Belle route a toi. Bises Mina

    • 28 mai 2016 / 15 h 14 min

      Coucou Mina! Merci pour ton commentaire! Je crois qu’on est tous pareils! Au bout d’une semaine à traîner en pyjama informe et moche, la mèche grasse, à se nourrir de biscuites apéro par flemme de sortir, on réalise qu’il y a un petit problème 😉 bon courage à toi et à très vite j’espère <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *