LOOK 21: Shining Star (et pourquoi le plus n’est pas forcément le mieux)

Vous vous dites sûrement que je ne poste plus que des looks. Et rarement qui plus est. Et vous n’auriez pas tort.

Comme vous le savez, j’ai fait le choix de revenir au salariat en début d’année. Un choix de raison, bien évidemment. Un choix qui me permet de payer mon loyer, de passer à la caisse du supermarché sans avoir la boule au ventre, d’aller boire un verre avec mes copines sans sacrifier un ciné. Qui me permet même de m’acheter des fringues, d’aller chez l’esthéticienne et de partir en weekend.

Ça parait idiot, comme ça, mais après de longs mois de privation, se dire qu’on peut s’acheter une paire de chaussures sans en faire une insomnie tellement on est stressés pour l’argent, c’est un vrai luxe.

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu une double vie. Double-DEUG, études et job étudiant, stage et job étudiant, stage et rédaction de thèse professionnelle, salariée et bloggeuse…

Comme si je ne pouvais pas me contenter d’une seule vie. Comme si faire ma journée de travail et rentrer jardiner, lire un bon bouquin, cuisiner, dîner entre amis, apprendre à coudre, écouter du jazz sur mon tourne disque, prendre un bain, regarder un film et profiter de la vie n’était pas pour moi.

C’est quelque chose qui n’est pas naturel. Que j’aimerais apprendre à faire mais qui va à l’encontre de cette soif de vivre vite et intensément qui me caractérise.

Alors que des centaines de livres font l’éloge de la lenteur, je me maquille en appelant un prestataire, j’écris un mail en marchant dans la rue, je fais mes courses entre midi et deux en mangeant un sandwich, je regarde une vidéo de développement personnel en retouchant mes photos pour le blog, je nettoie ma douche en me douchant et en me lavant les dents, je prépare mes prochaines photos instagram en attendant le métro, je saute dans un Uber parce qu’être à deux endroits en même temps, ce n’est apparemment techniquement pas possible (on se demande d’ailleurs pourquoi personne n’a encore trouvé la solution à ce problème, on est en 2017 tout de même! On lance Thomas Pesquet en orbite mais on ne peut pas nous mettre en réunion et à la rencontre parents-profs en même temps?? Dans quel monde vit-on franchement?)…

J’ai une « to do » de 10 kilomètres de long et chaque soir, je vais me coucher frustrée de ne pas avoir tout fait, alors que je n’ai pas arrêté de m’agiter une seule minute de la journée.

Je sais que c’est le cas de plein d’entre nous, et je ne parle même pas des papas et des mamans qui ont une petite chose mignonne, mais terriblement chi…euh, je veux dire prenante, qui leur grimpe sur la tête le matin et qu’il faut nourrir, occuper, éduquer à longueur de journée!

Je vis donc une vie tout à fait fascinante où je n’arrête jamais mais je ne finis rien. Où je suis constamment prise dans un tourbillon fou de choses à faire. Je multiplie les activités au pas de course. Mon réveil sonne chaque jour que Dieu fait, je ne sais plus si on est lundi, mercredi ou dimanche, mais je me lève, je me fais couler un café que je n’aurai sûrement pas le temps de boire et je saute dans la douche.

Et tous les jours, je pose mentalement ma démission. Et je prends un aller simple pour un endroit où je pourrai me reposer en écoutant le bruit des vagues, où je pourrai boire une bière autour d’un feu de camp sur la plage, où je me promènerai les pieds dans l’eau, la peau dorée par le soleil. Où je pourrai créer toute la journée, tout en travaillant au coco bar de la plage quelques heures par semaine…

Je rêve d’avoir plus de temps pour créer du contenu, pour réaliser mes projets, pour voyager, m’inspirer, rencontrer, découvrir et imaginer. Pour apprendre aussi, les milliers de choses que j’aimerais savoir faire, de la calligraphie à la cuisine orientale, l’aquarelle et le DJing, l’art de faire des cocktails et des ambiances florales, la décoration intérieure et le cake design…

Mais pour avoir le luxe du temps, il faudrait de l’argent. Argent que j’échange à une entreprise contre mon temps, mon énergie, ma créativité. A moins que…

Je porte: un chapeau en feutre noir H&M (ancienne co, similaire ici), un caraco en dentelle The Kooples, une jupe midi JORBET Bel Air, des escarpins noirs Comptoir des Cotonniers (ancienne co, similaires ici).

Si vous aimez la Mode, c’est par ici!

Suivez-moi sur les réseaux sociaux: InstagramFacebookTwitter et Pinterest.

Merci à Julie, du Blog de Julia, pour les photos!

A très vite et d’ici-là, prenez bien soin de vous!

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *