L’épilation à la lumière pulsée à Lyon: avis, prix, douleur, résultats et quel institut choisir

Les poils sont un sujet tabou qui pourtant nous concerne toutes et tous. Pour certains, c’est un non sujet. Pour d’autre, un véritable complexe. Pour moi, c’était ni l’un ni l’autre, mais je suis un peu flemmarde et, il faut le dire, l’épilation n’est vraiment pas une partie de plaisir (en plus d’être super chronophage)! Je teste actuellement l’épilation à la lumière pulsée à l’institut LUX Me de Lyon (dans le 2ème arrondissement, près du métro Ampère).

Lorsque j’ai évoqué mon épilation en story sur mon compte instagram , vous avez été nombreuses à me poser des questions. Je vous ai répondu individuellement mais je me suis dit qu’un article récapitulatif de mon expérience pourrait être intéressant! Alors c’est parti!

Epilation à la lumière pulsée avis

Epilation à la lumière pulsée: comment ça marche?

Pour rester simple et succincte, la technique de l’épilation à la lumière pulsée est la projection un faisceau lumière “flash” sur la zone que l’on souhaite traiter. Cette lumière flash va être “captée” par la mélanine (le pigment noir) du poil, qui va la transformer en chaleur (ça s’appelle la « photo-coagulation”) avant d’aller détruire la racine, altérant ainsi la repousse du poil.

Quelle différence avec le laser?

Le laser et la lumière pulsée, c’est en fait la même technologie de faisceau lumineux mais tandis que la lumière pulsée est une lampe flash, le laser est un… laser (merci pour l’info)! La seule différence réside dans le spectre des faisceaux lumineux activés lors de l’épilation.

Bonne nouvelle! Niveau efficacité, dans les 2 cas, une machine de bonne puissance professionnelle permettra de détruire la racine du poil!

Le laser est considéré comme un acte médical et ne peut être réalisé que par des médecins. Cette méthode est donc plus chère, même si dernièrement, les prix ont baissé pour réduire l’écart avec l’épilation à la lumière pulsée, toute aussi efficace mais moins chère! C’est également un traitement plus douloureux qui peut nécessiter l’application d’une crème anesthésiante 1h avant le rendez-vous (grosse pensée à mes copines qui ont choisi cette méthode et appliquent la crème avant de se cellophaner le corps!).

Quelle différence avec les appareils maison?

Il existe désormais une multitude d’appareils d’épilation définitive utilisables à la maison, que vous pouvez acquérir pour un budget de 100 à 500€ pour les plus sophistiqués. Personnellement, je n’ai pas retenu cette option bien que le budget soit imbattable (même si on opte pour une machine à 500€, lorsqu’on souhaite traiter plusieurs zone, on est forcément gagnant côté budget!).

Cependant, ces machines étant destinées à des non-professionnels (nous!), elles ont été pensées en priorité pour s’assurer de la sécurité des utilisateurs, afin d’éviter les brûlures de la peau et des yeux. Leur puissance a donc été limitées: il faut donc beaucoup de patience pour obtenir des résultats visibles, et ils seront moins durables qu’en institut. On parle donc dans ce cas d’épilation durable ou semi-permanente.

Plusieurs de mes amies ont décidé d’acquérir une machine récemment. Si le sujet vous intéresse, je vous en parlerai dans quelques mois pour savoir ce qu’il en est de leur côté!

Pour qui?

L’épilation à la lumière pulsée est parfaitement adaptée aux phototypes de 1 à 4, c’est à dire aux peaux blanche à “brunes”. Cette technique n’est pas adaptée aux poils blancs, blonds clairs ou roux, et / ou fins, ou aux peaux très foncées.

Les poils doivent contenir beaucoup de mélanine (c’est-à-dire être foncés) et contraster avec la couleur de la peau pour que les résultats soient probants. L’équation idéale est donc: peau blanche + poils noirs et épais!

Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre institut!

Epilation à la lumière pulsée maillot

Pour quelle partie du corps?

Sans trop de surprise, les zones idéales pour l’épilation à la lumière pulsée sont les zones où les poils sont les plus épais et foncés, à savoir les aisselles, le maillot et les demi-jambes.

Les autres zones, comme les bras, le visage, le dos, etc. répondent également très bien au traitement mais peuvent nécessiter plus de séances si les poils y sont moins épais ou foncés.

Les zones qui n’ont que du “duvet”, ou des poils fins ou clairs, comme les joues, ne répondent pas bien à la lumière pulsée. D’ailleurs, le traitement de zones dites « hormono-sensibles », comme le visage, peut, en supprimant certains poils, en renforcer d’autres, et provoquer une ce que l’on appelle une “repousse paradoxale”! Un suivi est donc indispensable.

Il est également impossible de traiter les sourcils car ils sont situés trop près des yeux (logique!)!

Personnellement, j’ai choisi de traiter le maillot et les aisselles. Pourquoi? Parce que le maillot est clairement la zone la plus douloureuse à épiler, franchement j’en avais vraiment marre de m’infliger ça! Et les aisselles parce que ça me crée des irritations de passer constamment le rasoir sur cette zone!

Comment choisir son institut?

Personnellement, j’ai choisi mon institut selon quatre critères principaux:

  1. Je voulais que mon institut soit spécialisé dans l’épilation à la lumière pulsée. C’est peut-être complètement injustifié mais j’ai du mal à faire confiance à un institut qui ferait autant des cabines UV, que du blanchiment dentaire, de séances d’aquabiking ou de sport électrostimulé. Je préfère quelqu’un qui est expert dans un seul domaine et se concentre dessus. Encore une fois c’est une préférence personnelle et certaines de mes copines sont allées dans des centres non spécialisés et tout s’est très bien passé!
  2. Quelle belle transition avec le point suivant puisque le bouche à oreille est très important pour moi. Mon amie Margaux, du blog A Little Daisy, était déjà cliente chez LUX Me et était ravie de son expérience. J’ai également demandé à toutes mes copines qui avaient eu recours à l’épilation à la lumière pulsée de me partager leur expérience, et il y avait vraiment du bon et du (beaucoup) moins bon dans les instituts, à Lyon et ailleurs. Bref, parlez-en autour de vous, retenez bien les noms des instituts qui reviennent souvent (en bien ou en mal) afin de pouvoir faire le bon choix!
  3. Le contact humain: j’ai pris un premier rendez-vous gratuit pour un diagnostic et un devis et le courant est vraiment bien passé tant avec Nathalie, la responsable du centre, qu’avec la praticienne qui réalise l’épilation. J’ai vraiment pu prendre le temps de poser toutes les questions que je souhaitais, et on m’a proposé de tester afin de me rassurer sur la douleur éventuelle (on y reviendra plus tard!). Je me suis vraiment sentie à l’aise et en confiance, ce qui est vraiment nécessaire car l’épilation à la lumière pulsée est une démarche importante et relativement intime. Vous devez vous sentir à l’aise de poser des questions parfois gênantes, de discuter de votre cas personnel (maladies, traitements…) et aussi d’exposer votre corps. J’ai ressenti beaucoup de bienveillance, de professionnalisme et de gentillesse, et c’est ce qui a motivé ma décision pour l’institut LUX Me!
  4. Evidemment, l’hygiène est un autre élément non négociable: l’institut doit être absolument nickel, tout le temps, que j’y passe pour changer un rendez-vous ou pour mon traitement en cabine.

J’ai également pris en compte la proximité avec mon lieu de travail / vie pour que ce soit pratique de m’y rendre!

J’ai donc choisi l’institut LUX Me à Lyon et je suis ravie! Je vous mets les coordonnées ci-dessous:

LUX Me
20 Rue des Remparts d’Ainay
69002 Lyon
Téléphone: 09 83 23 29 45
M°: Ampère – Victor Hugo

Quand débuter l’épilation à la lumière pulsée?

Il est déconseillé d’exposer les zones traitées au soleil au moins 5 semaines avant et une semaine après la séance. C’est la raison pour laquelle la meilleure période pour débuter la lumière pulsée est la rentrée (septembre / octobre) afin de pouvoir concentrer les séances sur l’automne, l’hiver et le début du printemps.

Par exemple, si vous rentrez de vacances fin août, vous pourrez débuter le traitement début octobre puis avoir vos 4 séances suivantes: début décembre, début février, début avril et début juin. Juste à temps pour l’été suivant!

J’ai débuté mes séances en mars, mais les zones traitées (maillot et aisselles) ne seront pas exposées au soleil donc pas de souci pour moi. Cependant, c’est à prendre en considération si vous souhaitez traiter les zones comme les jambes, le dos ou encore le visage. Mais pas de panique, vous pourrez interrompre le traitement si vous partez en vacances et souhaitez profiter à fond du soleil! Il suffit d’en parler à la praticienne, qui adaptera le calendrier des séances!

Y-a-t-il des contre-indications?

Il existe plusieurs contre-indications au traitement à la lumière pulsée. Tout d’abord, il est déconseillé (mais possible) aux personnes de moins de 20 ans car leur pilosité n’est pas stabilisée. Il est également contre-indiqué aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes porteuses de pacemaker, aux personnes souffrant de diabète type 1 et 2 ou d’épilepsie liée à des flashs lumineux ainsi qu’aux malades subissant un traitement de chimiothérapie.

Il est également déconseillé d’utiliser des produits dits “photosensibilisants” avant une séance, comme des certains traitements médicamenteux mais également les autobronzants ou activateurs de bronzage, les cosmétiques contenant des corps gras ou des huiles essentielles ou encore les parfums, laits corporels, huiles de soin ou de massages.

Certains médicaments sont également déconseillés, même les médicaments sans ordonnance comme l’ibuprofène par exemple. Bref, si vous prenez autre chose que des Dolipranes ou la pilule, il faudra le préciser lors de votre rendez-vous!

Les grains de beauté ou certaines maladies de peau (comme l’herpès, le psoriasis, et autres dermatoses) ne peuvent pas être traitées, ainsi que les zones tatouées. Si vous souhaitez épiler une grosse partie de votre corps (comme le dos, le torse, les jambes…) et la tatouer, il faut donc d’abord épiler à la lumière pulsée puis tatouer!

Cette méthode ne permet pas de traiter la pilosité excessive et anormale comme l’hirsutisme et l’hypertrichose. Dans ces cas là, un suivi médical est nécessaire.

Bref, c’est pour cela qu’il faut bien prendre le temps de discuter de votre cas personnel avec la conseillère, poser toutes les questions qui vous passent par la tête!

Combien ça coûte et combien de séances seront nécessaires?

Evidemment, les prix varient selon la zone à traiter. Pour les aisselles, comptez environ 70€ la séance, 80€ pour le maillot ou encore 240€ pour les demi-jambes et il faut compter environ 5 séances pour se débarrasser des indésirables (à 5 séances, 90% des poils auront disparus, et les poils restant seront devenus plus fins et repousseront lentement).

Chez LUX Me, et dans d’autres centres, ils proposent des tarifs dégressifs lorsque l’on souhaite traiter plusieurs zones en même temps (par exemple, 135€ la séance pour traiter les aisselles + le maillot) et également des formules “package” pour le traitement entier (par exemple, pour le traitement complet du maillot + des aisselles, soit 5 séances, ils proposent un tarif de 670€ avec une 6ème séance offerte que vous pourrez réaliser plusieurs mois après la fin du traitement afin de supprimer les petits nouveaux et les warriors qui auraient éventuellement décidés de pointer le bout de leur nez! Au delà, et si besoin de retouches localisées, il vous en coûtera 20€ la séance.

Retrouvez tous les tarifs de l’institut LUX Me ici (pour les hommes c’est par ici). Vous pouvez payer en plusieurs fois si besoin, n’hésitez pas à leur demander!

Pour être totalement transparente avec vous, l’institut m’a gentiment proposé de m’offrir une zone en partenariat avec mon blog. J’ai payé l’autre zone, à savoir les aisselles, que j’ai payé en 2 mensualités.

Je le dis à chaque fois, mais c’est important pour moi de toujours le préciser, je garde toujours mon objectivité et mon esprit critique, que la prestation m’ait été offerte ou que je la paye avec mes propres deniers. Je réalise l’investissement que cela représente (plusieurs centaines d’euros), et soyez assurés que je reste 100% honnête et réaliste!

Comment ça se passe concrètement?

Avant la séance

LUX Me propose un premier rendez-vous gratuit de présentation du protocole de traitement. Ce rendez-vous permet aussi de répondre à toutes les questions que l’on pourrait se poser. Je me permets d’insister mais c’est le moment d’éclaircir toutes vos interrogations et de bien exposer votre situation personnelle si besoin est (traitements, spécificités, doutes…)!

Le Centre LUX Me m’a envoyé un document récapitulatif regroupant toutes les instructions et contre-indications à lire attentivement et à respecter à la lettre!

Pendant toute la durée du traitement, l’épilation est absolument interdite! Il faut bien conserver les racines des poils, donc pas de cire, épilateur ou pince à épiler (et pas de décoloration)! On investit donc dans un bon rasoir, on va en avoir bien besoin! En effet, il faut régulièrement se raser les zones traitées pour épaissir le poil au maximum. Et le jour de la séance, il faut se raser de très près! On m’a conseillé les rasoirs d’hommes avec 5 lames, plus efficaces et moins chers que les rasoirs destinés aux femmes…

Il faut bien veiller à respecter les consignes et les contre-indications expliquées plus haut (comme ne pas appliquer d’autobronzant ou d’huile par exemple). Pas de déodorant sur les aisselle, pas de crème sur la peau, rien.

Le jour même, on se lave avec un gel douche sans parabène et qui ne laisse aucun résidu (ils m’ont conseillé le gel douche Sanex 0%). On ne se fait pas de shampoing ou de soin capillaire qui pourraient laisser une couche sur la peau (la technicienne vous enlevera les résidus éventuels avant la séance mais mieux vaut faire attention en amont). C’est tout!

Pendant la séance

Lors de ma première séance, j’étais tellement stressée: j’avais peur d’avoir mal et je suis claustrophobe donc je n’étais pas ravie de passer environ 20mn avec un bandeau sur les yeux pour les protéger!

A notre arrivée, la technicienne nous pose toutes les questions afin de vérifier qu’on a bien respecté toutes les consignes: pas d’exposition au soleil? Pas de prise de médicament? Pas de produits sur la peau?…

On s’installe dans la cabine et la technicienne quitte la pièce pour nous laisser le temps de nous déshabiller (selon la zone à traiter).

A son retour, elle nous passe un coton nettoyant pour retirer d’éventuels résidus de produits sur les zones concernées. Puis elle place sur nos yeux des cotons démaquillants et des lunettes type lunettes d’UV. Bref, on ne voit plus rien du tout! Certains Centres optent plutôt pour des lunettes qui ressemblent à des masques de ski, mais ils m’ont expliqué qu’ils préféraient cette technique pour plus de sécurité et de confort.

Encore une fois, je déteste ne pas voir ce qui se passe donc au début ça me stressait beaucoup! Mais la technicienne est très rassurante et elle nous explique chaque étape avant de la réaliser et nous demande du feedback régulièrement. Elle est très attentive à nos réactions et elle est très douce donc je me suis vite détendue (enfin autant que je puisse me détendre, vous savez que je ne suis pas une fille zen!)!

Elle applique un gel qui ressemble aux gels des échographies sur la zone à traiter (c’est très froid). Elle règle sa machine. Et c’est parti! Elle flashe l’ensemble de la zone, rectangle par rectangle. Pour le maillot complet, comptez environ 15 minutes. Pour les aisselles, comptez 5 minutes. Pour les demi-jambes, ce sera plutôt 30 minutes et 1h pour les jambes entières. Je vous parle de la douleur plus bas, dans un paragraphe dédié!

Dès que la séance est terminée, la technicienne applique un gel type Dexeryl. On peut ensuite se rhabiller et partir!

Après la séance

Après la séance, on n’applique aucun produits sur les zones traitées pendant au moins 24h, sauf crèmes type Dexeryl / Biafine. Et pas d’exposition au soleil pendant une semaine minimum!

Après la deuxième séance, j’ai eu des rougeurs et une sensation de chauffe pendant environ 48h, mais j’ai appliqué de l’aloé vera (à 99% pure et 100% bio) dessus et tout est rapidement rentré dans l’ordre!

Est-ce que ça fait mal?

Oui. Question suivante?

Ah ah.

Non, ce n’est pas vrai! Je ne peux parler que de mon expérience et chacun.e. a sa propre sensibilité et son seuil de tolérance à la douleur. Que les choses soient mises au clair tout de suite: mon niveau personnel est “chochotte puissance 1000”.

Sur certaines zones, je n’ai absolument rien senti, juste peut-être que ça chauffait un peu. Sur les aisselles par exemple, ça ne fait pas mal. Ca picote au mieux et en plus, ça dure vraiment littéralement 4 minutes. Aisselle 1, done. Aisselle 2, done. Terminé. Merci, au revoir!

Sur d’autres zones en revanche, ce n’est pas la même histoire! Certaines parties du maillot peuvent être douloureuse et clairement, on serre les dents. Sur l’échelle de la douleur, je dirai que ce n’est pas pire que la cire, donc c’est vivable. Et puis la sensation désagréable ne dure que quelques secondes, heureusement! La technicienne saura vous accompagner, vous laisser quelques secondes de répit parfois, et elle sera attentive à votre ressenti tout au long de la séance, donc pas d’inquiétude!

Est-ce que ça marche?

J’espère bien! ah ah

Plus sérieusement, j’ai réalisé seulement deux séances et je vois déjà des résultats! Il faut savoir que les poils ne disparaissent pas immédiatement lors de la séance mais tombent une semaine à dix jours environ après! Pas d’inquiétude donc si vous repartez avec tous vos poils après la séance!

Une autre chose un peu curieuse que j’ai remarqué, c’est que les poils ne disparaissent pas de manière homogène: alors qu’environ 20% des poils sont détruits à chaque séance, la chute se fait plutôt par “paquets”, j’ai donc des “trous” dans ma pilosité. Il semblerait que les poils à immédiate proximité soient exactement au même stade de pousse, ce qui explique ce phénomène!

La suite?

Il me reste encore 3 séances, je vous propose donc de vous faire un article récap à la fin du traitement pour vous parler des résultats si cela vous dit!

D’ailleurs, si certaines de vos questions n’ont pas trouvé leur réponse ici, n’hésitez pas à me le dire! Si elle concerne mon expérience, j’y répondrai avec plaisir. Si elles sont plus technique, Nathalie y répondra avec son expertise!

Voilà, je crois que vous savez tout! Si vous aimez la beauté, c’est par ici!

Suivez-moi sur les réseaux sociaux: InstagramFacebookTwitter et Pinterest.

Suivre:

2 Commentaires

  1. 23 juillet 2018 / 17 h 50 min

    Pour ce type d’épilation, il est conseillé de s’y prendre plutôt en automne hiver…pour être au top l’été !

    • 23 juillet 2018 / 17 h 53 min

      Il me semble que c’est ce que j’explique, non? Je m’auto-cite ah ah: “La meilleure période pour débuter la lumière pulsée est la rentrée (septembre / octobre) afin de pouvoir concentrer les séances sur l’automne, l’hiver et le début du printemps”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *